L’ombre et la fabrique

Informations pratiques:

  • Résidence à l’Eté 78 durant le mois d’août;
  • Vernissage public: le samedi 31/08 de 15h à 21h;
  • Exposition du 01/09 au 08/09;
  • Ouvert sans rdv: dimanche 01/09, samedi 07/09 et dimanche 08/09 de 14h à 18h;
  • Finissage le dimanche 08/09 de 14h à 18h en présence des tous les artistes
  • Aussi accessible sur rdv: marie.papazoglou@outlook.com et/ou pascale.viscardy@cfwb.be.

Sébastien Capouet, Béatrice Lortet, Massao Mascaro, Hélène Moreau, Marie Papazoglou, Sébastien Pauwels, Pascale Viscardy. Nous les accueillons tous les sept, le temps d’un été, pour leur permettre d’approfondir, de tester et de partager les résultats de leurs rencontres de travail entamées il y a plus de deux ans. Des rencontres régulières qui leur ont permis de présenter leur travail individuel, de se comprendre, de s’expliquer, de réfléchir, de s’influencer ou pas, de prendre d’autres directions, de partager entre eux et avec le public.

Leur texte introductif:

Eriger l’expérience collective en principe d’exposition ayant pour trame commune l’exploration de l’image en ses modes transitoires d’apparition est au fondement de ce qui se dévoile aujourd’hui. 

L’ombre et la fabrique est à ce titre, un arrêt sur image, la monstration d’un état de travail en cours depuis plus de deux ans ; à la fois traduction d’un mode opératoire collectif et préfiguration d’indices d’une exposition à venir.

Elle clôture également une courte période de résidence à été 78 qui vient intensifier un work in progressoù les notions d’expérimentation et de germination sont centrales.

Basé sur un renversement de la logique curatoriale habituelle, ce projet, au fonctionnement horizontal, impose à chacun une logique de recherche prospective, induit pour les uns et les autres de se soumettre à la confrontation du regard de l’autre, ouvre la possibilité d’insuffler de nouvelles perspectives à l’imaginaire qui travaille singulièrement les pratiques de chacun.

L’ombre et la fabriquen’est pas sans infiltrer « l’arrière-pays » de chacune de ces pratiques et, tout autant, produit une tentative de leur mise en dialogue.

Elle est aussi le lieu de la mise en question des terrains d’ententes: en mesurer les intuitions, les affinités, les frictions et porosités tout comme les éloignements potentiels.

Une première forme est ici déployée, une forme qui reste en cours de définition.

Avec le soutien de la Fédération Wallonie-Bruxelles.

 

Légende du visuelDocuments au travail – copyright : Massao Mascaro, Sébastien Pauwels, Sébastien Capouet, Béatrice Lortet, Hélène Moreau

Back to Top